L’après-Coronavirus : retour d’expérience des PME en Chine

Après deux mois de ralentissement, les commerces et activités des entreprises reprennent progressivement en Chine. L’épidémie a considérablement impacté les entreprises. Qu’en est-il des PME ? Comment font-elles face à cette situation ? Quelles leçons pouvons-nous tirer de nos homologues chinois ? Erdyn a analysé les articles parus récemment en Chine sur le sujet.

 

Diversifier ses fournisseurs

Les grandes entreprises maîtrisent généralement la gestion des fournisseurs pour assurer une logistique réactive afin de répondre rapidement aux exigences des clients, réduire les coûts de stockage et améliorer la capacité de la chaîne logistique. Ces aspects sont fréquemment plus secondaires en Chine que dans d’autres pays.

En Chine, alors que certaines grandes entreprises ont maintenu leurs opérations principales pendant la crise sanitaire, d’autres ont aujourd’hui repris leurs activités, au contraire des PME. Selon les informations publiées par le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information le 30 mars, au 28 mars, le taux moyen de reprise des grandes entreprises industrielles à l’échelle nationale était de 98,6% et le taux de reprise des PME avait atteint 76% (1). Les PME qui reposaient sur un fournisseur unique ont été particulièrement touchées, notamment si ce dernier cessait momentanément ses activités. Rechercher un nouveau fournisseur en situation d’urgence est d’autant plus difficile en cette période et a conduit de nombreuses PME chinoises à fermer leurs portes. Exemple dans la production des écrans LED : dans une enquête effectuée par Gaogong LED, un cabinet d’études sur l’industrie des LED, 47,73 % des entreprises chinoises, dont une majorité de PME, déclaraient que l’approvisionnement n’était pas suffisant et que l’offre était de ce fait restreinte. (2)

Par conséquent, la construction d’un réseau structuré de fournisseurs diversifiés est cruciale pour limiter ses dépendances, exacerbées par les situations d’urgence.

 

Privilégier les circuits courts

Pendant l’épidémie, constituer une chaîne d’approvisionnement courte est particulièrement important car elle permet d’assurer un service minimum avant le rétablissement complet de la chaîne logistique. Dans le cas d’une crise sanitaire, elle l’est d’autant plus lorsqu’elle concerne les équipements ou instruments médicaux pour lesquels le besoin est urgent, en particulier les thermomètres infrarouges dans le cas de la Chine.

C’est également le cas dans l’industrie avec l’exemple de Dongfeng Nissan, la joint-venture entre Nissan et Dongfeng Motor Group Co., Ltd : 95 % des fournisseurs de l’usine de Guangzhou Huadu, localisés dans la province de Guangdong, dans le sud de la Chine, ont repris leurs activités (3). En revanche, les fournisseurs de la province du Hubei – dont la capitale est Wuhan – n’ont pas encore repris les leurs, impactant la production de l’usine de Dongfeng Nissan de Guangzhou (4), qui, en raison d’une très forte dépendance, a dû elle aussi suspendre ses activités par manque de pièces. A l’issue de la crise, le groupe a annoncé augmenter encore le nombre de fournisseurs régionaux.

 

Se concentrer sur les clients et partenaires existants et être proactif

En temps de crise, maintenir la relation existante avec ses clients et ses partenaires est préférable à la recherche de nouveaux partenaires selon Andre Gisiger, (5) co-fondateur de GloCoach, une entreprise de coaching exécutif basée à Shanghai. Les entreprises capables de fonctionner sainement et de fournir des services supplémentaires en temps de crise renforceront leur crédibilité auprès de leurs clients. Et cette stratégie peut s’annoncer payante : en privilégiant sa clientèle existante et en optimisant sa relation client pendant l’épidémie, la start-up Shangyue, solution digitale pour la logistique, a récemment levé 100 millions de yuans (environ 12,8 millions d’euros) en série A auprès de Sequoia Capital. (6)

Il est également essentiel d’avoir une perspective prévisionnelle sur les besoins des clients et les nouveaux champs d’activités. La relation entre les entreprises et leurs clients est fortement affectée en cette période, en raison notamment de la suspension de la production ou des difficultés à joindre ses partenaires. Les entreprises se doivent donc de réagir en renforçant la relation avec leurs clients, en se posant la question des besoins générés par cette situation. Y a-t-il de nouvelles attentes ? Si oui, peuvent-elles s’adapter à ces changements ? De quelles façons peuvent-elles les anticiper afin d’améliorer l’expérience de ses clients ?

 

L’épidémie actuelle étant sous contrôle en Chine, la plupart des entreprises ont repris le travail. En revanche, ce n’est pas encore le cas de la majorité des pays dans le monde en ce printemps, le pic de l’épidémie n’étant pas encore passé. En Chine, cette crise a permis aux acteurs économiques de changer de perspective et de faire le point sur les opérations passées. Elle offre une occasion rare de faire face à des événements imprévus et crée des opportunités : le renforcement des partenariats industriels avec un réseau structuré de fournisseurs diversifiés, la multiplication des circuits courts et la concentration sur les relations clients.

 

Sources :

(1) Radio France internationale / lien : http://www.rfi.fr/cn/

(2) GaoGongLED / lien : https://www.gg-led.com/art-70942.html

(3) China Business Daily / lien : https://finance.sina.com.cn/roll/

(4) Gasgoo Institute / lien : https://m.gasgoo.com/news/70159634.html

(5) Chinaccelerator / lien : https://mp.weixin.qq.com/

(6) CHAINNEWS / lien : https://www.chainnews.com/

2020-04-07T14:37:09+02:00lundi 6 avril 2020|Non classifié(e)|